Bradage du foncier a mbour 4 et la nouvelle ville de thies : Les fortes directives présidentielles saluées pour faire la lumière sur ces scandales

Bradage du foncier a mbour 4 et la nouvelle ville de thies : Les fortes directives présidentielles saluées pour faire la lumière sur ces scandales

La déclassification de la forêt classée de Thiès par décret n° 2023-266 du 3 février 2023 a été la plus grosse bamboula foncière orchestrée par les autorités étatiques sous le magistère de l’ancien Président de la République du Sénégal Macky Sall qui a laissé, derrière lui, un dossier nébuleux et opaque qui continue de soulever la plus grosse polémique dans la Ville de Thiès. Des hommes du pouvoir sortant sont indexés de s’être octroyés , à titre indu, des terrains sur le site de Mbour 4 et de Thiès ville neuve comme un gâteau d’anniversaire avec une boulimie foncière qui démontre leur cupidité et leur soif de s’enrichir sur le dos du contribuable sénégalais. Aujourd’hui, une note de service de la Direction générale des impôts et des domaines (DGID), en date du 29 avril 2024, est largement partagée dans les réseaux sociaux. Les nouvelles autorités de l’Etat estiment nécessaire d’établir une situation exhaustive du foncier dans les zones géographiques les plus sensibles, dans lesquelles la paix sociale est menacée par des conflits en cours ou à venir. Aussi ont-elles décidé de procéder à une suspension provisoire de l’instruction des dossiers domaniaux et fonciers dans certaines zones. Le plan d’aménagement de la Nouvelle Ville de Thiès et le lotissement de Mbour 4 n’échappent pas au champ d’application de la directive présidentielle.Des habitants spoliés du quartier Mbour 4 avaient interpellé le Président de la République Bassirou Diomaye Diakhar Faye, dès son élection, pour faire la lumière sur ce scandale foncier du siècle.
Mbour 4 partagé comme un gâteau d’anniversaire En campagne électorale à Thiès, le candidat de Diomaye Président s’était engagé, lui-même, à tirer cette affaire au clair allant jusqu’à citer sans le nommer un dignitaire du régime déchu qui aurait bénéficié d’un quota de 600 parcelles à lui seul. Ce qui est scandaleux et révoltant aux yeux de l’opinion au moment où des chefs de famille peinent à avoir le plus petit mètre carré de terrain à Thiès. D’ailleurs plusieurs dignitaires du régime sortant notamment des présidents d’institution, des ministres, des directeurs généraux, des députés, des PCA, des guides religieux entre autres sont cités parmi les grands bénéficiaires car disposant de quotas de parcelles injustifiables.
Le Chef de l’Etat et son Premier ministre Ousmane Sonko, inspecteurs des impôts et des domaines, très au fait des questions foncières, ont désormais tous les leviers en mains pour éclairer les zones d’ombre relatives à la gestion des terres de Mbour 4.
Adepte de la bonne gouvernance et de la transparence, le Président Faye a même le pouvoir de rendre public la liste des bénéficiaires des terrains de Mbour 4 directement gérés par le ministère de l’Urbanisme hérité par Moussa Balla Fofana dans le Gouvernement du Premier ministre Ousmane Sonko.
D’ailleurs, les maires de Thiès notamment Dr Babacar Diop (Ville) et Mamadou Djité(Thiès-Ouest) ont, en tout temps et en tout lieu, vivement dénoncé le manque de transparence, d’implication et d’association des élus locaux de Thiès dans la gestion du dossier foncier de Mbour 4. Aujourd’hui, les populations attendent du Président Bassirou Diomaye Diakhar Faye un audit de la gestion du foncier à Mbour 4 qui devrait également abriter la nouvelle ville de Thiès comme celle la plus structurée et la plus aménagée de l’Afrique de l’Ouest.
En effet, la ville de Thiès ne disposant plus de foncier, l’ancien Président de la République Macky Sall avait déclassifié la forêt classée de Thiès. Cette initiative qui devait être une aubaine pour les thiessois est finalement devenue un cauchemar. Des centaines de maisons ont été démolies dans le site au grand malheur des thiessois qui avaient dépensé toutes leurs économies pour avoir un toit décent.
L’ancien Président de la République Macky Sall avait projeté d’y créer un véritable cœur de ville doté d’infrastructures modernes de dernières générations.
Ainsi, le ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique avait élaboré un projet de décret ordonnant l’élaboration du Plan d’Urbanisme de Détails (PUD) de la zone déclassée, Phase II, de la forêt de Thiès et prescrivant des mesures de sauvegarde mais également l’immatriculation au nom de l’Etat des terrains non encore immatriculés situés dans la zone déclassée et une partie des zones de terroir et créant la zone d’aménagement concerté (ZAC) de Keur Moussa.
Il faut rappeler que l’augmentation des besoins en habitat résultant de la forte croissance démographique est un défi majeur pour les autorités territoriales du département de Thiès surtout que les terres à usage d’habitation se font de plus en plus rares à Thiès.
Cette situation a entrainé des occupations irrégulières notamment dans une partie de la forêt classée de Thiès dans la zone située sur l’axe Thiès-Notto Diobass-Fandène-Keur Moussa, entre la route nationale n° 2 (RN2) et l’Autoroute à péage (Ila Touba), une zone à croissance urbaine rapide du fait de l’Autoroute à péage et de la proximité de l’aéroport AIBD.
Lors de la pose de la première pierre des travaux de canalisation de traitement d’eau potable de l’Usine KMS 3, l’ancien Président Macky Sall, interpellé sur le devenir de cette zone par les habitants de Mbour 4, avait instruit, à l’époque , le Gouverneur de la région de Thiès d’étudier les possibilités de son aménagement cohérent afin d’anticiper sur une éventuelle bidonvilisation.
L’objectif était de préparer cet espace stratégique à recevoir une nouvelle Ville avec des normes environnementales et d’occupation facilitant la promotion d’une urbanisation durable.
A cet effet, de fortes recommandations ont été formulées dans le cadre de l’aménagement et le développement de la nouvelle Ville pour améliorer la circulation, résoudre les problèmes éventuels d’empiétements futurs, prévoir une compensation des parties déclassées, favoriser des aménagements verts pour prévenir de futurs empiétements et les inondations, procéder au nivellement et à la restauration des zones abandonnées par les anciennes carrières, faire une étude d’impact environnemental et social sur les perturbations que pourrait subir le bassin versant localisé à la périphérie des sites proposés, aménager le reste de la forêt classée de Thiès, favoriser une meilleure implication des populations dans la gestion et enfin promouvoir un environnement urbain de qualité.
22 infrastructures d’envergure prévues à Mbour 4
L’ancien régime avait prévu de construire 22 infrastructures à Mbour 4 pour pallier le déficit de services à Thiès en termes de logements et d’équipements structurants.
Certaines catégories professionnelles notamment les enseignants à qui le régime de Me Wade devait des parcelles font partie des bénéficiaires de l’assiette foncière de 270 hectares dédiée aux échanges et contentieux de l’Etat. D’autres particuliers ont également reçu des compenses sur cette assiette.
Un corridor de sécurité et de grands équipements prévoit dans la nouvelle Ville de Thiès la construction d’un centre d’entrainement de la gendarmerie nationale sur une superficie de 50 hectares et un cantonnement de la police nationale sur 20 hectares.
Dans le cadre du projet de 100 000 logements et SAFRU, 340 hectares sont prévus pour faciliter l’accès de l’habitat social aux populations. Il s’y ajoute une extension II de la Zac de Thiès sur 449 hectares.
Tous les cimetières de la Ville de Thiès ayant presque atteint leurs capacités d’accueil, l’ancien régime a déclassé une superficie de 10 hectares pour abriter un cimetière national catholique et 61 hectares pour un cimetière national musulman.
Le projet d’aménagement d’un bois vert entrevoit l’installation d’un parc forestier urbain de 15 hectares. Il y a également une zone d’exposition, de vente et de répartition de véhicules sur 100 hectares, une zone de recasement mécaniciens et artisans sur 80 hectares, une fourrière et Casse automobile modernes sur 20 hectares.
Un grand marché à bétail devra y être établi sur 100 hectares, une zone hôtelière sur 12 hectares et une ferme agro forestière sur 331 hectares.
La Ville de Thiès étant en pleine expansion avec une forte explosion démographique, la gare routière est finalement devenue trop exigüe. Ainsi, une gare des gros porteurs sur 10 hectares et une nouvelle gare routière sur 10 hectares seront construites à Mbour 4.
Le décret présidentiel mentionne la construction d’une école de formation sur 10 hectares, un centre d’Affaires et Park national sur 10 hectares, une zone économique locale sur 80 hectares, une zone d’Aménagement concertée (ZAC) de Keur Moussa sur 299 hectares, une zone à restructurer sur 50 hectares et enfin un stade municipal sur 2,5 hectares.
L’ambition de Macky Sall était de faire de Thiès une Ville de service en raison de sa proximité avec l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD). Malheureusement, il semble que son régime a très mal géré le foncier resté dans la plus grande opacité.
Le Gouvernement du PM Ousmane Sonko est plus que jamais interpellé sur le dossier par les thiessois pour sauver ce qui peut encore l’être surtout que certains de leurs collègues des impôts et domaines très véreux, en service à Thiès, avaient même procédé au morcellement des réserves foncières et jardins publics à Thiès-ville où il n’y a plus un seul mètre carré d’espace vert.
OUSSEYNOU MASSERIGNE GUEYE
EXPERT EN COMMUNICATION ET RELATIONS PUBLIQUES

Laisser un commentaire