Monseigneur André Guèye Évêque De Thiès : «Pas De Paix Sans Justice…»

Monseigneur André Guèye Évêque De Thiès : «Pas De Paix Sans Justice…»

«Avec Marie, notre mère, marchons ensemble pour un Sénégal de justice et de paix». Tel est le thème de la 136ème édition du pèlerinage marial 2024 de Popenguine, dont la messe solennelle sera célébrée par le Diocèse de Thiès. D’ailleurs, Mgr André Guèye Evêque du Diocèse de Thiès, qui couvre les départements de Thiès et Tivaouane, mais aussi la région de Diourbel et la commune de Ndiop dans la région de Fatick, est revenu ce week-end sur toutes ces questions lors d’un point de presse tenu à Thiès. Selon lui, ce thème
a été choisi pour traduire le patriotisme des évêques pour notre pays. En effet, dit-il, tout le monde se rappelle encore qu’en 1994, les évêques du Sénégal avaient rédigé une lettre intitulée «bâtir ensemble un Sénégal de justice et de paix». Et en 2011, il y a eu un forum à Thiès pour revisiter cette lettre, pour évaluer
la situation du pays afin de voir si des progrès ont été faits à propos de cet appel des évêques lancé en
1994. Dans ses conclusions, il souligne que ledit forum avait noté des avancées, mais aussi des retards, des obstacles, des défis à relever, pour mettre le Sénégal sur le chemin de la justice et de la paix. D’après lui, le thème de cette année vient rappeler tout cela. Et à ses yeux, il s’adresse d’abord aux chrétiens, mais aussi à tous les sénégalais «pour que tout le monde puisse ensemble mettre les intérêts du pays à la
tête de toutes les préoccupations, et se battre en synergie pour que les institutions puissent refléter cette paix et cette justice».

Pour atteindre cet objectif, il urge pour lui «que tous changent les manières de faire, de voir et de vivre, pour que rien ne fasse obstacle à la justice et à la paix». Mais, selon lui, «il n’y a pas de paix sans justice et le nouveau régime devrait s’engager dans cette dynamique, pour que les sénégalais soient en paix entre eux-mêmes, entre les institutions». Aujourd’hui, indique-t-il, le temps des élections est passé et Dieu a remis les rênes du pays à un homme, en l’occurrence le Président Bassirou Diomaye Faye, «et nous devons faire corps avec lui pour bâtir notre pays, dans la paix et la justice, ce qui ne sera pas possible sans la réconciliation des cœurs».

Revenu sur le sens du pèlerinage, il estime qu’il consacre un moment fort de communion, où tous les catholiques se sentent comme appartenant à une seule et même famille du Christ au Sénégal. Et à l’en croire, c’est justement cette communion que traduit le rendez-vous annuel de Popenguine. «Il traduit
également notre attachement, notre dévotion nationale à l’égard de la Vierge Marie qui est honorée, vénérée à Popenguine. Mais l’importance du pèlerinage réside surtout dans sa signification. Aller en pèlerinage, c’est sortir de soi-même pour aller à la quête du spirituel, pour répondre à cet appel profond que chaque homme ressent au-delà de lui-même, pour approfondir sa relation avec le divin, avec Dieu», a-t il confié.

L’AS NEWS

Laisser un commentaire