Ousmane Sonko menace les organisateurs du Pèlerinage À La Mecque : «Aucune Défiance Humaine Ne Sera Tolérée»

Ousmane Sonko menace les organisateurs du Pèlerinage À La Mecque : «Aucune Défiance Humaine Ne Sera Tolérée»

Le départ des 12 860 pèlerins pour les lieux saints de l’Islam préoccupe le chef du gouvernement, Ousmane Sonko. Présidant la réunion du conseil interministériel, le chef du gouvernement a insisté sur les conditions des opérations. Il attend de son gouvernement un travail sans bavure, en droite ligne du principe «jub jubël jubënti». «J’insisterai particulièrement sur la rigueur et la discipline», affirme le Premier ministre.

Il souligne que l’État a pris toutes les dispositions pour la réussite. Ousmane Sonko prévient qu’aucune défiance humaine ne sera tolérée. «Nous avons mis tous les moyens à la disposition des acteurs. Et
en retour, nous serons intransigeant dans le suivi et l’évaluation, la situation des responsabilités et la sanction positive ou négative qui devra suivre», insiste le chef du gouvernement.

Il engage ainsi le ministre du Transport aérien à veiller à ce que les compagnies prennent les dispositions nécessaires afin de mettre à la disposition des pèlerins des avions. «Nous demandons qu’elles confirment le calendrier des vols et qu’elles respectent rigoureusement le plan de transport en aller et retour et
fournissent la caution bancaire requise en contrepartie des paiements de prestation effectués à l’avance», indique Sonko.

Audit des cahiers de charges des voyagistes privés 

Concernant par ailleurs la décision des autorités saoudiennes de ne pas autoriser les étudiants sénégalais en Arabie Saoudite à venir en appui à l’encadrement des pèlerins, le Premier ministre a engagé le ministre des Affaires Etrangères à entreprendre des démarches nécessaires avec les autorités saoudiennes afin de rapporter cette décision. Sans préjudice à cette décision, il demande aussi de faire recours à des missionnaires sénégalais ayant une parfaite maîtrise de la langue arabe. Il plaide aussi pour la réduction des packages et à apurer la dette due aux logeurs et surtout de revoir le cahier de charges des voyagistes privés. «Je demande au ministère de la Justice, du Transport et des Affaires étrangères à titre conservatoire, de veiller à ce qu’aucun voyagiste privé ne puisse opérer sans justificatif d’agrément. Et nous invitons tous les Sénégalais non dépositaires d’une autorisation à s’abstenir sous peine d’une amende décidée par les autorités saoudiennes», affirme le chef du gouvernement.

A souligner que les premiers vols sont prévus fin mai. La compagnie Air Sénégal va transporter 50% des pèlerins, le reste devant revenir d’office à la compagnie saoudienne, Flynas.

l’AS

Laisser un commentaire